Galeries

17 choses étonnantes à savoir sur les bébés


Voir le diaporama

Autant le savoir : un bébé, ça bave, ça louche, ça sait compter et plein de choses plus étonnantes encore… Pour adopter la bonne attitude face à toutes les surprises que votre bébé peut vous réserver, mieux vaut en être avertie…

Aussi

Bébé : 10 points communs avec E.T.

Dis-moi bébé, à quoi tu penses ?

17 choses étonnantes à savoir sur les bébés (17 photos)

1. Un bébé, ça peut avoir de l'acné

L'acné peut débuter les premiers jours de la vie et persister quelques semaines. Elle siège de préférence sur les pommettes, parfois sur le front et le menton. Ce sont les nouveau-nés garçons qui sont plus volontiers atteints. Le coupable : le taux d'hormones maternelles qui baisse progressivement dans leur sang. Il faut nettoyer le visage de votre bébé avec de l'eau et un savon en pain, rincer et sécher. Ces boutons ne doivent en aucun cas être percés, sous peine de déclencher une surinfection. L'évolution est toujours bénigne.

2. Un bébé, ça peut naître poilu !

Consternation ! A sa naissance votre tout-petit est affublé d'un duvet important, le lanugo, qui lui couvre le haut des épaules et le dos, les joues et le front. Ces poils inesthétiques, qui lui ont assuré une protection pendant la grossesse, tomberont dans les premiers mois, comme une partie des cheveux s'ils sont abondants à sa naissance. Filles et garçons peuvent présenter cette pilosité temporaire sans souci !

3. Un bébé… ça s'accroche à vous tout de suite

Vous connaissez le grasping ? C'est le plus craquant des réflexes… Quelques heures à peine, et sa petite menotte délicate s'agrippe à la grande pogne du papa… Inutile d'essayer de le persuader que ce n'est qu'un réflexe ! Concrètement, en posant le doigt dans la paume de votre bébé, on doit provoquer une fermeture des doigts puis un agrippement tel qu'on peut parfois le soulever avec ses deux mains. Ce réflexe persiste jusqu'à 3 mois pour la main. Le grasping montre que le besoin de contact est bien inscrit dans ses gènes !

4. Un bébé, ça sourit tout seul… aux anges !

De l'ordre du réflexe, le sourire aux anges est un pur ravissement ! Votre bébé a généralement les yeux fermés et réagit à une sollicitation : votre voix, la perception de votre souffle, le contact physique… C'est vers 6 semaines qu'il sera capable de vous décocher un vrai sourire !

5. Un bébé, parfois ça louche

Votre nourrisson regarde parfois le bout de son nez ? Rassurez-vous, à cet âge la " loucherie " est normale : elle est due à l'immaturité de ses muscles oculaires. L'accommodation pour une vision binoculaire ne se fait qu'après huit semaines. En revanche, elle ne doit pas persister au-delà. Un examen ophtalmologique est alors nécessaire.

6. Un bébé, ça crapahute en dormant !

C'est vrai qu'il gigote beaucoup lorsqu'il dort ce bébé ! Durant ses premières semaines de vie, son sommeil comporte près de 60 % de sommeil agité (qui deviendra, dès 2 mois, un vrai sommeil paradoxal, animé de rêves comme chez l'adulte) durant lequel il bouge, se tortille, agite les membres, ses yeux derrière ses paupières mi-closes et gémit… A tel point que vous êtes tentée de le prendre dans vos bras, croyant qu'il a mal quelque part. Surtout pas ! Il rêve ! Votre intervention ne ferait que le réveiller et vous l'empêcheriez ainsi de prendre l'habitude d'enchaîner ses différentes phases de sommeil. A quoi rêve-t-il ? Formes, images, sensations… Difficile d'en savoir plus !

7. Un bébé, ça peut naître avec une dent

Bien avant la naissance, des bourgeons en forme de cloche prennent place dans chaque mâchoire. Aussi n'est-il pas inconcevable qu'une petite dent montre très tôt le bout de son émail. Tel fut le cas de Louis XIV et de Napoléon. Mais cette précocité ne présage pas de la croissance future de l'enfant… ni de son destin glorieux ! S'il s'agit d'une dent prétemporaire, elle tombera d'elle-même dans les premiers jours, sinon elle persistera jusqu'à l'âge de 6 ans. Et sans gêne aucune si vous allaitez !

8. Un bébé, ça des trous dans la tête…

Le crâne du bébé est fait d'os cartilagineux séparés de sutures souples. Celles-ci s'élargissent en avant par la fontanelle antérieure (en losange) et à l'arrière par la fontanelle postérieure (petite et triangulaire). Ces deux fontanelles permettent une certaine flexibilité du crâne lors de l'accouchement. Celle qui va vous inquiéter, c'est la grande au sommet du crâne. A chaque fois que votre bébé pleure, tousse ou crie, la peau qui la recouvre se tend et se bombe. C'est normal et, contrairement à ce que vous pouvez penser, cette zone n'est pas très fragile. La fontanelle antérieure se refermera progressivement selon les bébés, entre 8 mois et 2 ans, alors que la fontanelle postérieure disparaît généralement en 8 semaines.

9. Un bébé, ça bave

Crachotis, petites bulles au coin de la lèvre… vous passez votre temps à chercher un tissu tout doux pour lui tamponner la bouche ! Pas d'inquiétude, ces désagréments des premiers mois sont passagers. Les glandes salivaires commencent à fonctionner 8 à 10 semaines après la naissance. Cette quantité de liquide que votre tout-petit découvre dans sa bouche le surprend, mais il n'a pas le réflexe de l'avaler. Il la laisse donc couler vers l'extérieur ! Il lui faudra environ un mois pour acquérir l'automatisme de déglutir. A partir de 3 mois, il devient capable de " gérer " sa salive. D'ailleurs, il ne la produit en grande quantité qu'aux repas, pour faciliter le processus de digestion. En dehors de ces pics, le volume de salive reste faible et votre bébé l'avale sans s'en rendre compte !

10. Un bébé, ça a la manie de tout jeter à terre

Et vlan ! Voilà de nouveau la petite cuillère par terre ! Avec ce petit jeu du " tout jeter ", il apprend à maîtriser l'absence. En lançant l'objet loin de lui, il crée une distance, une absence qu'il ressent aussi lorsque vous vous éloignez de lui. C'est comme s'il apprivoisait son angoisse. Simultanément, votre enfant explore le monde : une cuillère ne produit pas le même son qu'un nounours lorsqu'elle tombe par terre. Il ne tardera pas à s'apercevoir que certains objets se brisent, rebondissent…

11. Un bébé, ça a les yeux qui changent de couleur

La couleur des yeux est déterminée par les cellules pigmentaires, ou mélanocytes, de l'iris. Ces cellules produisent un pigment brun, la mélanine, le même pigment qui donne sa couleur à la peau ou aux cheveux de votre enfant.
A la naissance, les bébés ont souvent les yeux bleus, parce que leur iris est encore dépourvu de mélanocytes. Au fil du temps, ces derniers vont produire leurs pigments et l'iris changera de couleur. Une mince couche de ces cellules produit une couleur jaune. En combinant avec le bleu, d'autres couleurs apparaissent : le vert, le marron clair. Lorsqu'il y a beaucoup de mélanocytes, l'iris apparaît brun ou noir.
Une règle générale : si des yeux clairs foncent souvent, des yeux foncés n'éclaircissent pas.

12. Un bébé, ça suçote tout le temps

Le bout de l'oreille de son nounours, l'étiquette de votre gilet… Votre bébé tète ou mâchonne ce qui lui passe à portée de main, presque toute la journée. Déjà dans votre ventre, votre bébé avait le réflexe de sucer. Ce mouvement de succion n'a rien à voir avec celui qui sert à se nourrir. Il est plus rapide et moins régulier que le mouvement nutritif. Jusqu'à 4-6 mois, cette succion non nutritive est indispensable, car elle permet de réguler déglutition et respiration. A partir de 6 mois, sucer, déglutir et respirer deviendront des actions coordonnées et volontaires.

13. Un bébé, ça aime le rouge

Vers l'âge de 2-3 mois, l'acuité visuelle de votre tout-petit atteint 1/10?e. Son champ visuel ressemble encore à un tunnel, qui va s'élargir peu à peu en forme de cône. A 2 mois, sur une distance de 60 cm, ce champ visuel est d'environ 30°. A 6 mois, il passera à 60°. C'est à cette période que votre bébé se découvre une passion pour tout ce qui est coloré. D'abord le rouge et le vert, puis le vert et le jaune. La rétine du nourrisson compte déjà 6 millions de cônes, qui permettent de distinguer les couleurs, et 100 millions de bâtonnets responsables de la vision en noir et blanc. Ces cellules nerveuses sont encore trop espacées les unes des autres pour jouer leur rôle efficacement. Elles seront au tiers de leur course à l'âge de 3 ans et au grand complet à… 8-10 ans seulement.

14. A 3 mois, un bébé… c'est catégorique

Il existe toutes sortes de chats : des gris, des noirs, etc. Et pourtant, cette diversité ne déstabilise pas un nourrisson de 3 mois. Il a vite fait de comprendre que tous appartiennent à une seule et même catégorie, celle des matous. On a pu l'établir en montrant à des bébés des paires de chats, à chaque fois différents les uns des autres, sur un écran. Puis, on leur a projeté une curieuse paire : un chat avec un oiseau. Les enfants ont tous regardé plus longuement l'oiseau. Minet ne les intéressait pas, il n'avait rien de nouveau : ils l'ont associé aux images précédentes, l'ont rangé dans la même catégorie. Bel exploit !

15. Un bébé, ça sait compter

Tout juste né, votre bébé est déjà sensible aux quantités. Comment le sait-on ? Si on propose plusieurs fois à un nouveau-né une image composée de deux points, il finit par s'y habituer et ne plus manifester son intérêt. Mais si on lui montre ensuite une image avec trois points, voilà le petit spectateur qui s'anime : il a perçu la nouveauté. Conclusion ? Il sait faire la différence entre un ensemble de deux éléments et un autre de trois. Mais n'en espérons pas trop : si on lui demande de faire la différence entre quatre et six points, il ne sait plus où donner de la tête !

16. Un bébé, ça adore être dans vos bras

Il en a vraiment besoin. " Encore dans tes bras ? Tu vas en faire un capricieux ! " Cette réflexion vous agace ? Dites-le ! Car, avant 6 mois, si vous accourez pour prendre votre bébé dans vos bras dès qu'il pleure et s'il passe beaucoup de temps contre vous, vous ne risquez pas d'en faire un tyran ! Au contraire, vous l'aidez à poser les bases de sa sécurité intérieure. Votre tout-petit a besoin d'être " contenu ". Pour le consoler et le rassurer, la solution la plus efficace reste vos bras. Et ce corps à corps avec vous au cours de ses premiers mois l'aidera à se détacher de vous plus tard. Mais point trop n'en faut. Des câlins, d'accord, mais votre bébé doit apprendre à s'endormir sans vous.

17. Un bébé, ça se scotche à vous

La scène est un classique. Jusqu'alors votre bébé passait de bras en bras avec son sourire craquant. Vers 8 mois, craintive face à un inconnu, votre petite autruche blottit sa tête dans votre cou. S'il pouvait parler, il vous demanderait : " Qui sont ces gens et que me veulent-ils ? " Cette crise est la première manifestation d'une longue série d'avancées et de régressions. Il prend progressivement conscience que son corps est séparé de celui de sa maman et découvre le monde. L'angoisse qu'il en ressent se manifeste par une " crise d'attachement "… Comment l'aider ? Pas question de renoncer à voir du monde, même s'il est un peu sauvage. Mais pas question de lésiner sur les câlins… Paradoxalement, il a besoin de ce corps à corps pour apprendre à se détacher de vous !

: